AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Rendez-vous l'année dernière

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Rendez-vous l'année dernière   Ven 1 Fév - 16:34

[ Bon, je le reconnais, le premier chapitre est inspiré du 1er post de Kunisaki je l'admet xD Désolée mais ça m'a vachement inspiré 0_0 Si tu veux j'met le copyright xD ]


Rendez-vous l’année dernière


1


La pluie, comme certain semble l’oublier, ce n’est que de l’eau... De simples et légères gouttes qui tombent du ciel azur. La pluie, ce n’est pas qu’un moyen de rendre votre journée maussade et triste dès son commencement, c’est vraie, la pluie vous permet de cacher vos larmes, et de les faire couler à votre place.

Je vous racontes ça, car l’histoire que vous allez lire commence un jour brumeux, un jour de pluie... Arisa avec le front coller à la fenêtre de la voiture voila maintenant 3 heures d’affilées. Elle regardait le paysage passer sous ses yeux, à une telle vitesse qu’elle n’avait pas le temps de bien l’admirer. Mais, qu’avec-t-elle à rester la tête collée à la fenêtre alors qu’elle se trouvait sur le siège arrière d’une limousine, au vitres teintées. Elles l’étaient tellement d’ailleurs, qu’ Arisa devant quelque foie froncer les sourcils pour bien regarder le décor se trouvant derrière. Les jeunes, plus exactement les jeunes garçons, regardaient la limousine passé devant leurs yeux avec émerveillement. Que pouvait-elle avoir, cette fouttus voiture, pour que tout le monde envie les passagers ? Arisa aurait préférée être dehors, avec tous les gens « normaux », dans le froid, sous la pluie, se collant au mur les plus proche pour essayer d’éviter la pluie. Et bien non, malheureusement, Arisa devait entendre son heure, elle venait de conclure un pacque avec la mort. Quand la voiture s’arrêterais, sa vie avec. Pourquoi ? Arisa savait que ses parents ne l’aimaient pas, qu’elle était un fardeau pour eux. Que du haut de ses 15 ½ ils en avaient ras le bol de payer ses misérables études, alors qu’ils savaient très bien que leur fille était une incapable. Une ratée. Une misérable. Appelez ça comme vous voulez, qu’est ce que ça change ? Arisa savait que ses parents ne l’aimaient pas, et pourtant, être expédié dans un pensionnat pour jeune fille, ça elle ne s’y attendait pas. Qu’allait-elle faire là-bas ? Rien, bien sur. Plus rien ne la raccrochait à ses parents à présent… Ils n’auront plus à devoir à la traîner à des saletés de grandes réception où « Tout le monde doit avoir un ballet dans le cul pour lever le menton aussi haut » disait-elle haut et fort à la honte de ses parents.

La voiture s’arrêta brusquement, accompagné d’un léger cliquetis(Aller savoir d’où il venait…). La voila donc arriver ? Il semblerait que oui, par la fenêtre, Arisa pouvait très clairement voir une gigantesque et imposante porte. On pourrait percevoir un « Merde… » si l’on écoutait attentivement, enfin, même elle n’était pas sur de l’avoir dit. L’homme qui conduisait la voiture sortie alors de la voiture. Malgré le froid, malgré le vent, malgré la pluie… Il restait gracieux, après tout il était payé pour ça non ? Durant tout le voyage, Arisa à longuement hésitée à lui demander son nom, son âge, en savoir un peu plus sur lui. Mais elle avait abandonné cette idée, elle ne préférait pas, car elle avait peur que ce soit le chauffeur de son père. Il se positionna près de la porte de la jeune demoiselle, et de sa main droite lui ouvrit la porte. Qui sortira de la limousine ? Une jeune et jolie fille, blonde, vêtue d’une longue robe de bal ? Même pas en rêve, déjà qu’elle détestait porter ne serais-ce qu’une jupe, alors une robe… Non, elle était habillée d’un jogging bleu, assortie avec sa veste. De son profil on pouvait apercevoir deux jolies bandes rouges qui traversait son corps. Elle avait des gants blanc, qui laissaient juste dépasser ses fins doigts. Elle avait des rollers mauves(Qu’elle avait enfilée durant le voyage) de compétions, et enfin un énorme casque rattacher à son MP3 autour de son coup. Ses cheveux d’un rouge éclatant étaient coiffés d’un ruban bleu, ce qui les rendaient encore plus impressionnant. Ses deux couettes s’envolaient dans tous les sens, lui fouettant alors le visage. Le froid s’enfonçait avec force à travers ses vêtements, pour pénétrer dans sa peau et dans son corps, la faisant frissonner par la suite.

L’homme, qui se trouvait toujours à côtés d’elle, eux du mal à refermer la porte, par le vent qui se levait soudainement. Il se remit vers l’avant de la voiture, passa un dernier regard sur la jeune femme, qui se trouvera seule quand le moteur démarrera. Durant un cour instant, on pouvait percevoir de la pitié sur son visage, rendus livide par le froid. Mais ça ne durera pas longtemps avant qu’il fasse claquer la portière de la voiture, et fasse ronronner le moteur. Pour ensuite partir par un amas de fumé. Cette fois, elle était seule. Elle ne savait pas vraiment quoi faire. Vue la puissance du vent qui se levait, si elle restait plantée là, elle allait tomber de ses rollers. Et pourtant, elle ne bougeait pas. Elle resté là, le regard vide de sentiments. Mais le vent et la pluie eu raison d’elle, elle tomba à terre. C’est son bras gauche qui toucha le sol sableux en premier. Suivit de sa jambe et enfin de sa tête. Avec le maximum de force qu’elle possédait à cet instant, elle se mit sur les genoux, contre le vent, avec ses avant-bras elle essaya de former une croix, pour protéger son visage d’éventuel « chose » qu’elle pourrait recevoir sur le visage. Après quelque secondes à lutter contre le vent et la pluie, elle posa ses mains sur le sol, poussa sur ses bras pour essayer de se relever. Et enfin, la revoilà debout.

Cette fois, Arisa n’hésita pas et avança un maximum avec ses rollers. Devant la porte, elle ne prit même pas le temps de l’ouvrir, elle fonça dedans sans réfléchir. Sa tête se cogna contre une porte, lui arrachant alors un cris. Mais alors qu’elle avait à peine effleurer le seuil de la porte, elle se trouva à nouveau à terre.


Dernière édition par le Ven 1 Fév - 16:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rendez-vous l'année dernière   Ven 1 Fév - 16:53

2


Arisa ne sentait plus son crâne tellement l’impact avait été puissant. Un peu plus et Arisa resterait sur le sol inanimée :
_Ouch…
Dit-elle avec un minimum de force qu’elle avait. Elle leva son torse du sol grâce à ses bras, elle se mis alors à tousser(Sûrement à cause de la poussière se trouvant dans la pièce) :
_Putain de…
Allait-elle dire, alors qu’elle fut stopper. Par quoi ? Comment ne pas trouver cet endroit impressionnant ? C’était un hall, deux fois plus grand que celui de sa maison(Et dieux sait à quel point il était grand). Les murs étaient ornées d’une vingtaine de tableaux, tous plus grand que les autres. De fenêtres recouvertes de tissus noirs et brillants. Le plafond devait être à 30 mètres du sol.

Arisa resta quelque instant ainsi, dans cette position quelque peu étonnante à regarder la pièce. Elle ressemblait à la pièce principale de sa(Enfin de son ancienne) maison, mais en même temps, c’était complètement différent. Malheureusement, quelqu’un vient troubler ce silence qui paraissait pourtant impénétrable :
_Hey !
Arisa entendit une petite voix fine et douce, mais perçante à la fois. Le style de voix qui vous énerves, qu’au bout de seulement quelque minutes elle en deviendrait insupportable. Elle tourna la tête, mais n’eu-t-elle pas le temps de regarder la personne se trouvant là, qu’elle riposta :
_T’es qui toi ? T’es une nouvelle ? T’as quel âge ? Tu fais quel taille ? Tu as des parents ? Des frères ? Des sœurs ? Un chien ? Un chat ?
On peut dire qu’elle ne s’était pas trompée, en voila encore une qui allait la « Faire chier ». Elle lui voulait quoi au juste ? Arisa remit son pied droit sur le parquet de bois foncé, puis le pied gauche. Comme à son habitude, Arisa eu envie de l’avoir à son propre jeu :
_J’suis Arisa Inagaki. Je suis nouvelle mais je suppose que ça se voit pas. J’ai 15 ½. J’fais je-sais-plus-quelle-taille. Oui j’ai des parents. J’ai pas de frères et pas de sœurs. J’ai un chat.
La jeune petite fille qui se trouva en face d’elle d’attendit pas bien longtemps avant de répondre :
_Ne te fous pas trop de moi tu pourrai le regretter !
Durant qu’elle parlait, elle n’avait pas abandonner son sourire en cour de route. Elle disait ça, en souriant, et avec le regard qui allait avec. Arisa haussa les épaules(Signe de « Mais bien sur je te crois… ») :
_Oulala ! Dans ce cas je vais me tenir à carreaux ! D’ailleurs pour me faire pardonner je vais te servir des petits gâteaux avec une tasses de thé bien chaud !
_Je m’appelle Yuki Fujiwara, et j’ai 12 ans.
C’est ce qui s’appelle un changement de sujet express. Arisa préféra éviter de rétorquer avec une insulte. N’empêche que cette fille commençait déjà à l’agacer sérieusement.
_Enchantée… dit-elle en se penchant légèrement vers l’avant, Yuki faisant de même.
_Tu as ici depuis longtemps toi ? rajouta-t-elle par la suite.
_Oui j’ai du accompagner mon idiot de frère qui est prof ici.

C’est dans des cas comme ça qu’on se dit que le hasard fais bien les chose. Le frère de Yuki lui ressemble très étrangement. Yuki elle, à de long cheveux rose qui lui arrive jusqu’en bas du dos même si elle est très petite. Elle a des yeux noirs perçants, tellement qu’ils en deviennent presque flippant. Elle a un visage doux avec une peau tout ce qui a de plus blanc. Son frère, malgré qu’il y ais une différence de 15 ans entre eux deux, il se ressemble comme deux gouttes d’eau à part les cheveux. Elle dit le détester, et lui l’aimer plus que tout à en devenir collant. Il avait descendu les escaliers à toutes vitesses, à chaque pas, on pouvait croire qu’il allait se casser la figure. Et si ça devait être la cas, Arisa ne se serait pas priver de rire à pleine dents(Et peut être pousser Yuki à terre à coter, qui sait.. ?), devait-elle se montrer polie uniquement parce que c’était un prof avec un air de con ?
_Yuki ! Pourquoi tu t’enfuis comme ça ?
_Tires toi Hatori !
_Mais, mais je t’aimes moi !
_Tire toi j’ai dis !
Lui cria-t-elle en plein visage. C’est vraiment ce qu’on appelle des frères et sœurs. Sauf que, d’habitude enfin souvent, les 2 se détestes. C’est plutôt rare de voir une petite sœur qui déteste son grand frère, alors que lui ne se priverait pas d’un câlin. Elle le trouvait stupide, et dire que c’était un professeur, d’anglais en plus. Elle avait du mal à la croire. La seule chose qui pouvait faire ressentir un soupçons de sérieux chez cet homme, c’était ses lunettes. Sinon, il était aussi gamin que sa sœur. Arisa sentait qu’elle n’allait pas beaucoup les apprécier ces 2 là.

Elle était un peu perdus dans ses pensées, malheureusement Mr. Fujiwara ne se gênait pas de la sortir de la rêverie. Il avait pris un air sérieux tout à coup. Ce n’étais plus le gamin qui semblait amoureux de sa sœur, mais il faisait… prof tout à coup. Il reposa ses lunettes bien sur son nez avant de « réveiller » Arisa :
_Alors petite, c’est toi la nouvelle c’est ça ?
_M’appelles pas petite crétin !
On peut dire qu’elle ne faisait pas dans la douceur, à quoi bon. Mais bon, là elle restait gentille. Elle devinait que si elle voulait le faire claquer suffisait de s’en prendre Yuki :
_Enchanté ! Je suis Hatori Fujiwara, professeur d’anglais.
_Cause toujours tu m’intéresse.
On peut vraiment dire qu’ils se ressemblaient, toujours à changer de sujet. Il ne répondit rien à cette phrase, il affichait simplement un sourire de professeur(Si on peut appeler ça comme ça). Il fit quelque pas vers Arisa, et posa sa main sur sa tête.
_Tu es charmante petite tu sais ? Tu me plais beaucoup…
Une jolie couleur rouge/rose se déposa sur ses joues blanches. Mais ça ne durera qu’un instant, elle le poussa avec ses mains et recula sur ses rollers plus vexée qu’autre chose.
_Bon moi je m’en vais juste comme ça…
_Bien comme tu le souhaites Inagaki.
_Bye Ina-chan !
“ La ferme “ murmura-t-elle. Elle fit s’user encore une fois les roues de ses rollers à cause du parquet un peu trop cirée à son goût. D’ailleurs, il venait sûrement d’en remettre une couche, car ses rollers étaient devenus tout d’un coup très gras mais en même, avaient doubler de vitesse.

Et la voila partie, dans la 1er porte qui venait à elle. Hatori posa sa main sur l’épaule de Yuki. Ils restèrent un long moment comme cela avant qu’ils décident de partir chacun de leur côtés, à se demander ce qu’ils avaient à cacher…
Revenir en haut Aller en bas
 
Rendez-vous l'année dernière
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un rendez-vous sanglant. [Faith]
» [Terminé] Premier rendez vous avec Samus
» rendez-vous a 2 setaka et elbastino
» rendez-vous mystérieux
» [I]l n'y a pas de hasard, seulement des rendez-vous.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ikumi-School V2 :: Hors RPG :: Graphisme, Fan-fics, Dessins :: Fan-Fics-
Sauter vers: